Le Novelliste #04

13,00

Octobre 2020

Format 15,8 x 24 cm à la française (vertical)
212 pages en N&B + couverture couleurs
350 g, impression numérique professionnelle

Revue littéraire de patrimoine et de création dédiée à la nouvelle,
Le Novelliste propose ce qui s’est écrit (et ce qui continue de s’écrire) de plus représentatif en la matière, sans limite de genre ni de longueur.

Découvrez un extrait de ce numéro (basse résolution) : Téléchargement

Vous êtes journaliste, chroniqueur, blogueur, chercheur, nous pouvons vous faire parvenir un service de presse numérique (PDF) de ce numéro sur simple demande par mail (novelliste —AT— redux.online).

ISBN : 978-2-490426-19-5

Règlements possibles : Chèque, Virement ou Paypal
à la validation de commande.
Consultez nos Conditions Générales de Vente.

Le Novelliste 04 sera placé sous les auspices des découvertes et des horizons lointains, avec la première livraison (sur quatre) du nouveau roman à suivre, signé John Jacob Astor IV (oui, le milliardaire américain qui périt dans le naufrage du Titanic). Découvertes encore, mais plus littéraires celles-ci, avec la première novella traduite en français de Lucy Sussex, la plus francophile des autrices australiennes, (qu’éclairera, d’un regard plus technique que fantastique, la visite que rendit Léo Claretie à la fabrique des bébés Jumeau à l’époque de sa gloire). Spécialiste reconnue des littératures populaires de la fin du dix-neuvième siècle (que celles-ci nous arrivent des antipodes ou non), Lucy Sussex livre également un article fouillé sur Mary Fortune (excellemment traduit par Jean-Daniel Brèque), femme étonnante et pionnière du feuilleton policier avec personnage récurrent, en prélude à la traduction d’une nouvelle fantastique de celle-ci (une première là aussi). Autres débuts littéraires en ouverture de ce numéro, ceux de Jean Krug, un auteur dont je gage qu’on entendra parler sous peu. James Reich, lui, n’est pas un débutant, mais c’est la première fois que vous pourrez le lire dans notre langue grâce à Bernard Sigaud, qui le traduit en avant-première d’un roman inédit chez nous. Citons encore, pour n’oublier personne, Fabrice Schurmans (avec une nouvelle étonnante ayant pour héroïne Nellie Bly), Laurent Genefort et un touchant hommage à notre satellite, Nicolas Liau, Didier Pemerle et Sylvain R:é pour une nouvelle rubrique confrontant textes et image, et enfin Quentin Villa, qui fait lui aussi ses débuts dans ce numéro. Côté rencontre, c’est Jean-Luc Boutel, Savanturier en chef, que nous sommes allés titiller de nos questions. Quant au port-folio, il sera consacré aux illustrations hors-texte de Fred T. Jane, visionnaire excentrique, pour son roman To Venus in five seconds. (L.D.)

Au sommaire de ce numéro :
Horizons lointains, blabla liminaire de Leo Dhayer, illustré par Donald Davis
Manière grise, nouvelle de Jean Krug, illustrée par Thony Bourdeil
Voyage en d’autres mondes, 1/4, roman à suivre de John Jacob Astor, traduit par Marie Dronsart, illustré par Léon Joseph Florentin Bonnat et Dan Beard
La fabrique des bébés Jumeau, article de Léo Claretie, illustré par Théophile Alexandre Steinlen
La Sentinelle, nouvelle de Lucy Sussex, illustrée par une photo anonyme d’époque
Un tigre, nouvelle de Quentin Villa, illustrée par une affiche d’époque de Gustave Soury
Crimes fictifs et véritables, la vie et l’oeuvre de Mary Fortune, article de Lucy Sussex traduit par Jean-Daniel Brèque
Blanche, nouvelle de Mary Fortune, traduite par Nellie d’Arvor, illustrée par Louis-Maurice Boutet de Monvel
Une semaine de folie, nouvelle de Fabrice Schurmans, illustrée par Paul Digby
Fred T. Jane, visionnaire excentrique, Port-folio commenté par Richard Brooks, traduction de Leo Dhayer
Ombres sur Maralinga, nouvelle de James Reich traduite par Bernard Sigaud et illustrée par The Hardlab
L’adieu à la Lune, nouvelle de Laurent Genefort, illustrée par une photographie anonyme d’époque
Le club des Savanturiers, interview illustrée de Jean-Luc Boutel par Roland Vilére
« Comme une image » : autour d’une illustration de Lovis Corinth, trois micro-nouvelles spécialement écrites par Sylvain R:é (Graphomanie), Didier Pemerle (Le stade du miroir et sa piste cendrée) et Nicolas Liau (Munificent)

Poids 350 g
Dimensions 24 × 15.8 × 2 cm
UGS : revue-004-1 Catégorie :
Mise à jour…
  • Votre panier est vide.
  • PREMIER DÉCEMBRE 2020 > FIN DES FRAIS DE PORT À UN CENTIME D’EURO SUR NOTRE SITE

  • Sur décision du Bureau de l’association Flatland, il sera mis un terme aux frais de port à un centime d’euro sur notre site dès le 30 novembre à minuit. Les tarifs de frais de port à prix coûtant entreront de nouveau en vigueur, calculés automatiquement (au poids) avec votre commande. D’ici là, tous les achats bénéficiant encore des frais de port préférentiels seront honorés.